samedi 23 janvier 2010

Lorsque tout se dérobe

Lorsque tout se dérobe, que les hommes se font juges, où qu'une femme aimée vous a tourné le dos :

Lorsque le gris est fixe au ciel et puis que la fatigue de continuer, tout simplement, s'abat,

la musique seule... La musique seule...

C'est un violon qui s'élève dans la nuit au coeur d'une cour de pierre, Bach la première sonate et des enfants fascinés qui s'avancent vers la lumière ;

Ce sont deux violoncelles Un alto, deux violons que le hasard a réunis pour que, par hasard, naisse Schubert devant un feu de bois ;

C'est un disque très ancien où des voies chéries disent dans une langue perdue la trio d'amour de Strauss :

C'est Tristan et sa voile de navire gonflée par le mistral dans un théatre antique.

La musique seule...

Un Mozart rayonnant qui, un jour, apaisa toutes vos peines.

Lorsque tout se dérobe, Que vos yeux mêmes ne savent plus voir, vos coeurs plus aimer - cette impuissance...

la musique seule peut encore parvenir jusqu'à vous, pénétrer cette gangue d'angoisse ou seulement de lassitude que les ans ont durcie et entrouvrir le ciel.

(Pierre-Jean Rémy)








Soudain
d'une fenêtre,
légers,
filés, enflant leur onde,
purs et profonds, grâce perlée,
essor qui se débat,
désir qui fuse, joie qui chante,
eau mouvante, flamme qui monte,
or qui palpite,
douceur, lumière, moelleux d'argent :
les sons fondants
d'un violon.
Arnold Holtz







.......

4 commentaires:

  1. Au contraire, si je ne vais pas bien, je vais choisir d'écouter des choses encore plus tristes ! Il faut dire que j'accorde beaucoup de pouvoir à la musique !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur Poireau...Merci
    Pourquoi plus triste !!!
    Quant à son pouvoir !!!je suis d'accord...
    Nietzsche ne disait-il pas :
    "Sans la musique, la vie serait une erreur".

    RépondreSupprimer
  3. Jeffane : c'est une manière de crever l'abcès, je suppose, d'aller toucher le fond plus vite en espérant rebondire ensuite !
    :-))

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, j'aimerai savoir de quel livre proviens la citation de Pierre Jean Remy? Merci

    RépondreSupprimer