dimanche 26 décembre 2010

Brave Saint-Etienne... il nous en promet ....

S'il en est qui porte ce prénom

"ETIENNE"

Bonne fête à eux....

***

Je n'ai pu résister à vous confier ces deux dictons...

samedi 25 décembre 2010

Joyeux noel

JOYEUX NOEL A TOUS




.

dimanche 19 décembre 2010

MINOU... MINOU...

En vue d'un joyeux Noël

Christmas ... cats...

video
Le chat ouvrit les yeux
Le soleil y entra.
Le chat ferma les yeux.
Le soleil y resta.
...
Voilà pourquoi, le soir,
Quand le chat se réveille
J'aperçois dans le noir
Deux morceaux de soleil...
(Maurice Carême)
.
*****
.
Et puisque la neige est là....
profitons-en pour jouer aux boules de neige....
comme dans cette vidéo ci-dessous.

video

***

(Ce sont de petites vidéos que l'on m'envoie... merci aux expéditeurs)

***

vendredi 17 décembre 2010

De l'Art... de la danse.... si beau tout cela

Je rougis... oh si peu... me direz-vous...

mais il est des choses qui n'en finissent plus de m'enchanter...

regardez ... y a-t'il des mots pour décrire cela.




Tango passion
...
Anita Fleerackers -
...
une oeuvre - des oeuvres -
empreintes de délicatesse



Tango passion encore,
Une expression corporelle indéniable
si envoûtant tout cela....
quelle artiste.
************
et...
pourquoi le cacherais-je...
j'aime le tango
comme beaucoup.... d'entre vous...








eh bien, dansez maintenant,

et laissez vos idées noires, votre stress, votre fatigue

au placard....

Bon week-end à tous.

.

mercredi 15 décembre 2010

Super.... et une bière gratuite....une....

Faut pas rêver...
On ne peut refaire le monde...
Parce que l'on ne peut se battre contre l'argent...
sauf à le voler !!! à voir....






.

lundi 13 décembre 2010

Juste un sourire en coin,




La SNCF embauche.



Le premier candidat s'assied et on lui demande de compter jusqu'à 10.

- Oui bien sûr : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1.
- C'est bien, et dans l'autre sens maintenant ?
- Non, j'ai travaillé à la NASA et j'ai toujours compté ainsi.

- désolé, vous ne me convenez pas ! Candidat suivant ! le deuxième ...

- Oui bien sûr, 1, 3, 5, 7, 9, 10, 8, 6, 4, 2.
- C'est bien, et dans le bon ordre maintenant ?
- Non, j'ai travaillé comme postier et j'ai toujours compté ainsi en passant de boîte en boîte.

- désolé, vous ne me convenez pas ! Candidat suivant ! le troisième ...

- Oui, bien sûr : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10.
- C'est parfait ! Où avez-vous travaillé auparavant ?
- J'étais chez EDF.
- Chez EDF ? Je n'en reviens pas ! Mais, dites-moi, bien que ce ne soit pas nécessaire, pouvez-vous continuer après 10 ?
- Mais évidemment : valet, dame, roi !!!!

.

dimanche 12 décembre 2010

Pauvre de moi, qui a donc osé cette "affiche"

Qui a donc osé cet "avis de recherche" ????


Ben si, on dirait bien que c'est moi là.... Vous ne pouvez en être sûrs, hein !!! tant mieux, tant mieux, vous n'irez pas me dénoncer.

Quoi, vous n' êtes pas content : je baisse la tête, je regarde par-dessus mes lunettes. Vous espériez quoi au juste...
- que je vous livre, de façon un tantinet impudique, le bleu de mon regard ???
- que je vous fasse découvrir les mille "petites rides rieuses" qui entourent ces yeux-là ????

Parce que, même si la vie s'ingénie à vous attrister voire vous déstabiliser, quelque fois pis, le meilleur moyen de lui faire un "pied-de-nez" c'est encore de lui opposer des sourires.



Quelques bons mots en "haute définition" pour vous faire passer une bonne semaine..

- académie : quarante appelés et peu de lus,

- apéros : des verres de contact,

- bac : le bac c'est comme la lessive, on mouille, on sèche et... on repasse.

- cécité : point de vue

- cocu : un entier qui partage sa moitié avec un tiers....



et puis une petite phrase qui gâche tout. ...



" la promise cuitée gâche le mariage"


.

Déprime : Dr Prozac au secours !!!!




J'aime la sagesse qui se dégage de cette pensée
"Il ne faut pas lier son navire à une seule ancre,
ni une vie à un seul espoir."
Epictète (philosophe grec stoïcien : 50-130)





et encore
"L'espace d'une vie est le même
qu'on le passe
en chantant ou en pleurant."
(proverbe japonais)




Bon dimanche à tous...
...

jeudi 9 décembre 2010

Juste pour un peu de douceur



Juste un peu de douceur, une manière de souhaiter une bonne journée à tous...




...

Quand la neige fond...on découvre le fumier


"Quand la neige fond... on découvre le fumier..."

Curieux proverbe en effet..

J'en lisais l'explication au hasard de l'une de mes lectures....

donnée par P. Desalmand et Y. Stalloni.









je vous la livre....avec des adjectifs plein d'humour... toute crue... légèrement odorante.... fumante... je ne sais pas ...

d'actualité, peut-être, peut-être....
Un proverbe qui, parmi tant d'autres, ne cache pas son origine campagnarde. Il fait partie des nombreuses réflexions sur des illusions qui se dissipent.

L'idée peut être appliquée à la relation entre deux individus, mais on pense plutôt à la politique et aux lendemains qui déchantent....

Pour rester dans le ton, citons cette formule d'Edouard Herriot (1872-1957) radical-socialiste pur jus, maire de Lyon, plusieurs fois président du Conseil :

"la politique, c'est comme l'andouillette, ça doit sentir un peu la m...., mais pas trop"...




Hé bé, bon appétit... pour l'andouillette, elle vient d'où celle-ci ???? avec un tel fumet....

dimanche 5 décembre 2010

Bonne fête NICOLAS



Bonne fête Nicolas....
avec
quelques fleurs du jardin....
Bonne semaine.

Lire ou regarder la neige, en musique et comment !!!!

Un voyage hors du temps.

"J'ai accompli de délicieux voyages
embarqué sur un mot "....
(Honoré de Balzac)
c'est ici
---
et puis, au cours de mes errances,
je me surprenais à lire cet euphorisme :
"La femme est, par nature, paradoxale.
Par exemple, une femme du monde n'éclate pas de rire
elle pouffe,
alors qu'elle n'en est pas une"...
.....


et puis cette petite vidéo...
Le frère, la soeur.... Quelle complémentarité !!!
de la douceur certes, de la simplicité, de l'harmonie...
La beauté de Julia, la singularité d'Angus !!!! du rêve !!!







...

samedi 4 décembre 2010

Rire agricole mal cultivé

Rien que pour l'humour


(Cela fait partie des petits plaisirs gratuits...)






Un agriculteur sur son tracteur rentre à la ferme après une journée de labeur.

Arrive une grosse limousine qui heurte violemment l'avant du tracteur.


Le paysan descend pendant que le chauffeur va ouvrir la portière arrière de la limousine d'où émerge un homme richement costumé.

Il s'approche du paysan et se présente :

- Yvan Popov, attaché d'embassade.

- Y vend des poireaux, attachés avec des ficelles.











Des légumes rieurs,
Sûrement ceux que monsieur POIREAU... cuisinent

à confirmer et,



en l'affirmative, Nicolas et bien d'autres s'invitent - et si c'est ainsi, j'y vais z'aussi...

vendredi 3 décembre 2010

Qui donc là-haut plume la lune ?




Il a neigé dans l'aube rose

Si doucement neigé,

Que le chaton noir croit rêver,

C'est à peine s'il ose marcher.



Il a neigé dans l'aube rose,

Si doucement neigé,

que les choses

semblent avoir changé.



Maurice Carême














et


pour accompagner une bataille


de boules de neige par exemple

Y'en a plein ici....








Un peu de musique













jeudi 2 décembre 2010

Le piège.... divin....

Voui....




N'en doutez plus :
Même les animaux ont une âme...
...
Dans la jungle, un athée est poursuivi par un tigre :
Au moment où le fauve le rattrape et s'apprête à le dévorer, l'athée se met à genoux et implore Dieu pour le sauver.
Tout à coup, une lumière apparaît entre le feuillage des arbres, le tigre se fige dans son élan et la voix de Dieu gronde dans la forêt :
- Comment oses-tu me supplier, toi qui m'as toujours ignoré ? !!!
- Je vous en supplie, sauvez-moi, désormais je croirai en vous !
En ces temps difficile, Dieu juge intéressant de pouvoir, à bon compte, convertir un athée.
- Je veux bien être miséricordieux, mais eu égard à ton passé, la seule chose que je veuille bien faire, c'est de convertir le tigre en un bon chrétien.
L'athée pousse un "ouf" de soulagement...
Au même moment, un éclair s'abat sur l'animal qui retombe à terre.
- Bénissez-moi, Seigneur, s'exclame le tigre , ainsi que la nourriture que je vais prendre. Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen....
.

mercredi 1 décembre 2010

Les beautés du diable

Ecoutez plutôt







En plus de tout cela, je vous livre
(extrait du journal du diable par Nicholas D.Satan)

les résolutions du diable pour le Nouvel An
C'était, il y a longtemps vers l'an 1665 je crois....
mais, curieusement,
quelques petits points s'apparentent
à des instants présents...
1- Mieux tenter les gens,
2- Apprendre à aimer les rats
3- Commencer à fumer,
4- Boire plus que de raison,
5- Inventer les cacahuètes en sachet,
6- Trouver un travail pour les mains baladeuses,
7- Augmenter le prix des âmes,
8- Sortir et rencontrer plus de gens,
9- Rendre le purgatoire encore plus barbant,
10- Créer des jeux sanguinaires,
11- Inventer le huitième péché capital,
12- Botter des culs,
13 - Copyrighter les tubes.....
L'était plein de ressources, en ce temps-là, le beau diable....
AMUSANT !!!!
Une petite pensée pour Carlus
qui, indiscutablement, sait discuter avec Lucifer
par moments.....
Cà m'épate, moi !!!

dimanche 21 novembre 2010

Un petit bonsoir à tous....
Unique....
émouvant ...
Neil Young
Voyez plutôt...
cette petite vidéo


dimanche 24 octobre 2010




Beaucoup d'ennuis et peu de connexion
j'ai du prendre beaucoup de recul.
Ceci explique cela tout au moins ce long silence....
Toutes mes excuses.
J'essaie de reprendre doucement....




vendredi 23 avril 2010

Bon anniversaire Nicolas.... Sans cravate...



Bon anniversaire Nicolas







Je ne t'offre pas une cravate...
mais un petit texte
sur
ce "petit étranglement social"







La cravate, ce petit étranglement social.... Elle est bien plus érotique qu'on ne le pense....

Elle est l'attribut du pouvoir des hommes et de leur servitude. Elle nous le rappelle : l'un ne va pas sans l'autre. Le président de la République n'est-il pas tenu en laisse par ses électeurs .
Qu'elle soit gentiment rayée, parsemée d'un semis de fleurs ou de petites lunes argentées, la cravate est cruelle.
Elle vous strangule, mais en dépit des apparences, ce n'est pas la liberté, ce sont les pulsions que l'on garrotte.Grâce à la cravate, n'existe plus que ce qui se situe au-dessus de la pomme d'Adam : le "cerveau-travail". Exit le sexe, les sentiments et les émotions....

C'est la raison pour laquelle, avant une réunion, une rencontre ou un comité, les hommes la palpent du bout des doigts comme un fétiche, ou bien la resserrent d'un coup de laisse jusqu'à s'infliger une petite marque rose, cet "eczéma du pouvoir" - bien connue de La Fontaine..C'est pourquoi aussi, à peine rentré chez lui, l'homme dénoue le morceau de chiffon avec un petit cri de soulagement quasi orgastique. L'affaissement est alors total. L'homme se retrouve en King Kong du quotidien, vieux pantalon affaissé, chaussettes trouées, il se récupère, corps et âme, sexe en prime, à l'ère du Cro-magnon.L'âme commence à frétiller. Les pulsions à le déborder. Le serial Killer est souvent, à la ville, cet être dûment cravaté, ganté, raffiné, qui n'oublie pas de lever le petit doigt en sirotant son thé.Elle leur rappelle qu'ils sont binaires : une vie au travail et une autre à la maison.
La cravate est l'ami des hommes, et l'on ne la mélange jamais ! Tout cela les sauve assurément de la névrose et de la dépression...


Si les femmes portaient une cravate, sans doute parviendraient-elles beaucoup plus facilement à séparer leur vie professionnelle de leur vie privée ?
Mais elles mélangent toujours tout, téléphonent à la nourrice sur leur lieu de travail - on le leur reproche assez -, et continuent à travailler à la maison - on le leur reproche tout autant.
La perméabilité de leurs vies est épuisante, la porosité de deux cerveaux - droit et gauche - est totale, car elles manquent d'un objet symbolique pour leur rappeler qu'elles sont coupées en deux.
Au contraire, pour déranger encore plus leur existence, ne disposent-elles pas d'un "sac à foutoir" dans lequel elles glissent leur double vie ? Et que l'on ne me réponde pas que les femmes, elles, ont le rouge à lèvres ou le vernis à ongle comme "maquillage social", car ils sont également utilisés pour séduire....


La cravate est décidément unique et fort utile. Mais dangereuse pour les femmes..
N'encourage-t-elle pas les hommes à être "monotâche" ?
Peut-on offrir sans risque une cravate à son mari sans l'inciter à retourner derrière son bureau ?

Ne vaudrait-il pas mieux le gâter avec un "string léopard" ou une paire de tongs ?
C'est oublier qu'offrir une cravate est, mine de rien, un geste coquin, car on ne peut s'empêcher de fantasmer sur le moment où elle sera desserrée, et l'homme déshabillé.
La cravate est un objet très érotique. Elle rappelle aux petites filles le retour de leur papa à la maison, ce père qui sentait le tabac et le parfum boisé et qui se rendait libre d'un simple petit geste de desserrage du licol.
C'est pourquoi les hommes à cravate sont si charmants - de même que les hommes à lunettes.
Un peu comme ces femmes cachées sous leur étole ou comme les blondes hitchcockiennes, tirées à quatre épingles, à qui l'on rêve d'arracher les bas de soie.









...

dimanche 18 avril 2010

Un dimanche .... au violon





Ce n'est plus un secret, je crois...

le violon , j'aime....

Peut-on expliquer ses goûts !!!


aujourd'hui "Vanessa Mae"















et encore













...

samedi 10 avril 2010

A la droite de Dior - YSL - Promenade souvenir


(Chagall - promenade)



Alain Chamfort :
un bel hommage à

Une chanson intitulée
"A la droite de Dior"

délicieux et éclectique tout à la fois.











Un peu de danse


(Chagall - danseuse sur fond mauve)

et puis regardez cette vidéo,
c'est à vous amener les larmes aux yeux...

toutes ces expressions corporelles
malgré et avec un handicap









Michaël Bublé

si l'on aime et j'aime...


...

Encore un peu

voilà, voilà :

Stand By Me

....



...

samedi 3 avril 2010

Douceur... Sur de jolis poèmes de P. Louÿs



Mon merci à toi, Thierry



A regarder

ICI

tous ces jolis iris

Il n'est point interdit, je crois,

d'en cueillir un joli bouquet...

Pour illuminer ses journées...




---------


Les iris

(Poème de Pierre Louÿs)





Je t'apporte un iris cueilli dans une eau sombre
Pour toi, nymphe des bois, par moi, nymphe de l'eau.
C'est l'iris des marais immobiles, roseau
Rigide, ou triste, oscille une fleur lourde d'ombre.






J'ai brisé, qui semblait un bleu regard de l'air,
L'iris du silence et des fabuleux rivages;
J'ai pris la tige verte entre mes doigts sauvages
Et j'ai mordu la fleur comme une faible chair.






Les gestes et les fleurs, ô sereine ingénue,
Parleront pour ma bouche impatiente et nue,
Où brûlent mes désirs et l'espoir de tes mains.






Accueille ici mon âme étrangement fleurie
Et montre à mes pieds par quels obscurs chemins
Je mêlerai ta honte à ma vaste incurie....

















.....


Un autre joli poème
de Pierre Louÿs



Les nymphes


Avec, ici, une petite pensée pour Léonie

dont c'est l'anniversaire aujourd'hui...



Oui, des lèvres aussi, des lèvres savoureuses
Mais d'une chair plus tendre et plus fragile encor
Des rêves de chair rose à l'ombre des poils d'or
Qui palpitent légers sous les mains amoureuses...

(La vertu cachée - Raymond Poulet)


Des fleurs aussi, des fleurs molles, des fleurs de nuit,
Pétales délicats alourdis de rosée
Qui fléchissent pliés sous la fleur épuisée
Et pleurent de désir, goutte à goutte, sans bruit...



O lèvres, versez-moi les divines salives
La volupté du sang, la vapeur des gencives
Et les frémissements enflammés du baiser.


(J'veux jouer - Françoise Collandre)



O fleurs troublantes, fleurs mystiques, fleurs divines
Balancez vers mon coeur sans jamais l'apaiser
L'encens mystérieux des senteurs féminines....








Et puis, si l'on aime l'humour...

d'après les élections

on peut se régaler

ICI


.......

Pis encore, pour le repas de Pâques...

y'a Carlus qui nous propose du "baton de berger"

ICI


......

Sais vraiment pas si j'avais pouvoir me "recueillir" aujourd'hui

.......

mercredi 31 mars 2010

Ah les p'tites femmes... mais non pas de Pigalle




Que de l'humour, il en pleut.... à verses...


Ah, les p'tites femmes !!!
mais non.... pas de Pigalle...

Punaise, vous les hommes
avez l'esprit "drôlement tourné" des fois....

et du matin en plus, voilà qui promet !!!


Par contre, en voilà un qui a l'esprit pratique,
ce m'sieur Jean-Louis Auguste Commerson :

et qui le dit :

"J'épouserais plus volontiers une petite femme qu'une grande,
pour cette raison que, de deux maux, il faut choisir le moindre."




Y'en a peut-être qui le pense ... sais pas trop....

Me revient en mémoire effectivement, une réponse d'un blogueur z'influent à qui je demandais ( y'a déjà un certain temps) s'il aidait "les p'tites femmes" a sauté les flaques d'eau... sa réponse d'alors m'avait laissée dubitative.... ce n'est pas que cela qu'il faisait.... vous comprenez vous ce qu'il voulait dire... moi pas... bon je classe cela à la rubrique :"question sans réponse"...


J'ai eu une autre réponse pas déplaisante du tout, mais du tout alors... d'un certain Dr Wo, me disant que cela allait devenir quelque chose de rare, donc en conclusion "de précieux... flatteur !!!

Même que ici l'on me répond que l'on a rien contre....


Tiens j'ai pas interrogé, Monsieur Poireau, quelle erreur !!! irréparable....
Le Coucou, non plus... mais là, suis pas sûre qu'il ne se perdrait pas sous mes chapeaux.... pour voir si je ne triche pas sur la hauteur.... c'est vrai ça, ça remet quelques centimètres des fois, non ???

Ici, chez Gaël, pas osé aller demander ce qu'il en pensait....
Là, eh oui là : pas de souci... un petit tour en voiture s'impose....
Là encore : j'ai eu peur des chiens.... braves toutous pourtant...
Nom d'un p'tit bonhomme, j'ai oublié d'interroger un Breton ...
c'est pas un truc à faire.... se laisser distancer par sa mémoire...

Qu'est-ce que je me suis torturée l'esprit pour écrire tout cela, bon, les liens ne sont peut-être que de paille mais ils sont là...j'espère toutefois n'avoir pas mélangé les pinceaux ici et là.... voili, voilà...











dimanche 28 mars 2010

Tant que le soleil dore le matin

avec une pensée pour Luciamel





Il devrait n'être point de désespoir pour toi

Tant que brûlent la nuit les étoiles,

Tant que le soir répand sa rosée silencieuse,

Que le soleil dore le matin.



Il ne devrait n'être point de désespoir, même si les larmes

Ruissellent comme une rivière ;

Les plus chères de tes années sont-elles pas

Autour de ton coeur à jamais ?



Ceux-ci pleurent, tu pleures, il doit en être ainsi ;

Les vents soupirent comme tu soupir
es,

Et l'Hiver en flocons déverse son chagrin

Là où gisent les feuilles d'automne.



Pourtant elles revivent, et de leur sort ton sort

Ne saurait être séparé :

Poursuis donc ton voyage, sinon ravi de joie,

Du moins jamais le coeur brisé...

(Emily Jane Brontë)



...


samedi 27 mars 2010

Pour Dorham... une vivacité toute italienne




Une petite vidéo pour toi

Dorham



Toute la gaieté et la vivacité italienne...



un emportement quasi-sensuel.








et puis pour tous


tout en légèreté avec une pointe d'humour





...

dimanche 21 mars 2010

Bon anniversaire Dr Wo... un petit bouquet ...

Bon anniversaire Dr WO

(un petit bouquet que j'ai cueilli à l'instant rien que pour vous)




Non pas que j'aime le terme de vieillesse
mais
je ne veux pas abîmer ces jolies phrases :


La vieillesse c'est quand on commence à se dire :
"Jamais je ne me suis senti aussi jeune"
(Jules Renard)


Si la jeunesse est la plus belle des fleurs...
la vieillesse est le plus savoureux des fruits.
(Anne-Sophie Swetchine)


La vieillesse ne me semble pas du tout le
morne vestibule de la mort,
mais
comme les vraies grandes vacances...
après le surmenage des sens, du coeur,

de l'esprit que fut la vie.

(Marcel Jouhandeau)






...

samedi 20 mars 2010

Des chaines... si lourdes


Humour taquin, voire coquin...



Les chaines du mariage sont si lourdes

qu'il faut être deux pour les porter.

Quelquefois trois.

(Alexandre Dumas Fils)





...

jeudi 18 mars 2010

Bon anniversaire Mr GOUX...



Bon anniversaire Monsieur Goux


euh... des histoires de GPS...


video




GPS ou CARTE ROUTIERE



Jadis, l'ambiance au sein de l'habitacle laissait à désirer, surtout quand le conducteur avait écopé d'un coéquipier sous-doué, un de ces illetrés de la route, tout à fait capable de suivre, en tirant la langue, un itinéraire jaune ou rouge pendant dix bonnes minutes avant de s'entendre proposer, d'un ton sec, de tourner la carte routière dans le bon sens.



Aujourd'hui, c'est le GPS que l'on doit engueuler s'il se trompe. Mais il n'y a pas de crainte à avoir : il est programmé pour la réussite, la pensée unique, la voie rapide. Le GPS est un élégant à cravate formaté pour le XXIème siècle, il évacue les doutes, les disgressions, l'inattendu ; un de ces sourires mondains verbeux qui refoulent, comme derrière une sorte de digicode, les voyous qui tentent de nous squatter l'encéphale.



Oui, en ce début du XXIème siècle, il semble bien que le GPS ait redéfini une forme de censure, fort efficace, comme s'il fallait écarter à tout prix le désir - pourtant bien légitime - de se perdre. Avec son incessant verbiage, il s'y entend pour faire taire tous vos désirs de vagabondages. Et allez, hop, tout le monde sur l'autoroute du prémâché.



Avec l'audioguide, ce GPS de musée, il est maintenant possible de suivre un itinéraire cent pour cent japonais sur la grande avenue qui va de la Joconde à la Vénus de Milo, sans jamais fureter dans les petites salles, en occultant les tableaux dits mineurs qui font le sel des rencontres et le bonheur des amateurs. N'est-ce pas à la faveur d'une errance, disgression ou imprévu, que l'on a le plus de chance de découvrir une pépite poétique, touristique ou amoureuse ?



L'arrivée du GPS n'est peut-être pas une si bonne nouvelle, surtout, paradoxalement, chez ceux qui se perdent et recherchent peut être dans ces errances une bouffée d'oxygène salutaire. L'occasion de fuir cet entrelacs de contraintes...



Mais s'il faut craindre le GPS, c'est surtout pour le salut des couples. En effet, ainsi réduits au silence par la voix qui vient d'en haut, ils vont devoir refouler les conflits qui les faisaient exploser à peu de frais dans l'habitacle.



Sans le GPS, il régnait en voiture une écologie de la dispute sur le thème du très bien connu : "Moi Vénus, la bébète de l'autoroute, incapable de lire une carte. Toi, Mars, homme fort, qui roule trop vite." On se cachait alors avec délectation derrière l'éternel féminin décérébré ou le masculin injecté de testostérone, ce qui nous évitait de nous retrouver face à face...



Et surtout, le sujet de la dispute - "On a loupé la petite D 122, c'est de ta faute - Non, c'est de la tienne" - nous empêchait de nous étriper violemment sur l'amour qui fout le camp. Avec le GPS, ne risque-t-on pas de se retrouver illico sur l'A 75 des grosses engueulades, sans passer par l'itinéraire bis des chamailleries.



Alors, pour la sauvegarde du conjungo, je rêve pour ma part d'un de ces objets bavards, un GPS de l'inconscient, qui parle d'en bas, qui se lâche, un GPS pulsionnel qui chanterait faux, roterait, débiterait des mots cochons, ironiserait sur lui-même : un GPS qui se traite de pauvre bourrique, qui tremble quand on va trop vite.


En attendant cette heureuse naissance, si vous cherchez à vous délecter de vrais bons itinéraires bis ou ter, des embouteillages et des routes en chantier, des sentiers de montagne en plein éboulement, rendez-vous sur le virtuel. Internet, dans sa logorrhée brouillonne et ses multiples ramifications, réinvente le bon gros bordel, là où le GPS l'étrangle. De telle sorte que le très mondain GPS ne se conçoit qu'avec son alter égo Internet - de même que le refoulement ne se conçoit jamais sans retour du refoulé.

(Extrait de : Les Objets bavards)













...

Le baiser ou ... l'art de demander une permission




Un baiser :


C'est une demande adressée au deuxième étage

pour savoir si le premier est libre...







...

mardi 16 mars 2010

Pour Le Coucou... la pâtisserie enchantée de J.

PFFF.... j'ai cru voir un grosminet



ce doit être les effets secondaires ...

consécutifs

à la chasse au rébus....

chez LE COUCOU





Eh oui, c'est rien que pour vous "Le Coucou"

La pâtisserie de J.......

Faut pas l'dire....

rien que la déguster.... en chantant



video


C'est vrai ça, il me fait déguster de si jolies petites phrases

et après, oui après...

il envoie le grosminet me courir après.

Ouf... ouf... ouf.... je l'ai semé

enfin je crois, en tout cas jusqu'à dimanche prochain....

...


Vous voyez... quand le chat n'est pas là, les souris dansent...


...

dimanche 14 mars 2010

Fichtre alors... mes compétences reconnues !!!



Avisssssss à la population

Et voilà ce que je viens de recevoir !!!

pour m'entraîner... je cherche un coach !!!





...


Peut-être qu'il va me falloir déposer mon pédigree


ICI






Ce dimanche... triste , mais non, mais non

Esc-ce trop, une miette d'humour






video


.

samedi 13 mars 2010

Anniversaire de GULARU... un Henri ... et un...


Bon anniversaire Gularu

peu de choses à t'offrir sauf

ces petites vidos de

Henri CARTIER-BRESSON













...

mercredi 10 mars 2010

Le lendemain du lendemain de la journée des femmes


Pointe d'humour pour tous :

--------


Pour l'honorer, le servir et briquer ses parquets




Si un poste de mère (ou de femmes) apparaissait dans la colonne "offres d'emplois" on pourrait lire ceci :
- Horaire permanent,
Temps libre : aucun,
Nourriture et loisirs : à votre charge,
Heures supplémentaires : non rémunérées,
Pas d'assurance maladie ni de congés payés,
Pas de week-end,
Pas de retraite,
Domaine de compétences : sports, bricolage,
préparation de repas savoureux à partir de rien,
Savoir retrouver le deuxième gant.
Profits annexes : néant.
(Kathy Lette - vaches folles)





Lorsqu'un homme fait la cuisine, c'est un art.
Lorsqu'une femme fait la cuisine, c'est une tâche ménagère...
Margareth Mead





Lorsqu'une femme a passé la semaine à genoux pour briquer les parquets, et la deuxième à faire la lessive, l'homme qui rentre dans sa maison bien rangée, vaguement conscient d'une odeur de propre inusitée, parle,
avec une certaine tendresse dans la voix,
de
"touche féminine"
May Sinclair


et pour finir "l'eau de javel" teintée d'humour noir...

rien à dire : ça décape....

Elle voulait empoisonner son mari à la Javel, titre en Une ce quotidien régional. Puis l'article en pages intérieures nous apprend qu'au lieu de cela elle se fit le carrelage de la cuisine et de la salle de bains comme chaque jour
de sa chienne de vie.


......